Changer via les niveaux logiques...

October 19, 2017

 

 

 

Pas toujours facile d’y voir clair dans ses projets ou ses soucis n’est-ce pas? 

 

Le changement est naturellement vécu (consciemment ou inconsciemment) comme source de difficultés... posez vous la question suivante : "qu'est ce que ça changerait pour moi si je supposais le contraire ? serait-ce plus facile ?"

 

L'une des présuppositions clés de la PNL (Programmation Neuro Linguistique) est que "la carte n'est pas le territoire".

Cela signifie que notre carte de la réalité, notre perception, n'est qu'une partie de l'histoire, du territoire.

 

L'approche du changement par la PNL repose sur le principe qu'il n'y a pas une seule carte de changement qui soit valide à un moment donné. 

 

Aujourd’hui je vous propose une grille de lecture très pratique qui repose sur les travaux menés par Robert Dilts (Auteur américain, formateur et consultant en PNL de renom), qui nous sera très utile pour : 

 

- avoir la compréhension du changement pour vous même en tant qu'individu

- avoir la compréhension du changement pour une organisation

 

L'idée est de vous expliquer comment diviser le changement en étapes réalisables, décomposer chaque sphère de votre vie pour voir où ça coince et  intervenir efficacement dessus.

 

 

 

 

 

 

Avec cette pyramide, appelée la pyramide des Niveaux Logiques de Dilts vous allez pouvoir identifier là où se situe votre blocage, afin de mieux construire votre projet.

 

En pratique ...

 

Commencez par vous attarder sur le niveau du bas, le 1er, l’environnement, puis remontez progressivement. Le niveau du dessous est la conséquence du niveau du dessus.

 

Du coup si vous avez un problème dans l’environnement niveau 1, c’est au niveau 2, les comportements, qu’il faudra changer quelque chose. Si vous nettoyez votre chambre (comportement) vous aurez une chambre propre (environnement).

 

Si vous identifiez un problème au niveau 4 des croyances , le fait de le résoudre au niveau 5 des valeurs  aura des répercussions sur tous les niveaux du dessous...

 

La plupart du temps, il n’y a pas de difficultés à CHAQUE niveau. On trouve celui qui coince, on le travaille et ça débloque mécaniquement ceux du dessous.

 

 

 

Entrons un peu dans le détail de ces fameux niveaux logiques !

 

 

1. L’environnement : répond aux questions où? avec qui? quand?

 

Il s’agît ici du milieu dans lequel vous évoluez : votre maison, votre famille, vos amis, votre déco, votre travail, votre ville, etc. Votre contexte de vie et ce qui vous entoure.

 

C’est le fait de changer vos comportement (niveau 2) qui va améliorer votre environnement (1) ou sa perception.

 

 

2. Le comportement : répond à la question quoi faire?

 

Ici il s’agît de vos faits et gestes, vos paroles, vos attitudes, vos habitudes.

 

Le fait d’être souriant, susceptible, curieux, passif, hautain, fuyant, effacé, lève-tôt, etc.

 

Ce sont vos comportements qui vont construire l’environnement dans lequel vous vivez : si vous êtes odieux vous allez avoir des relations difficiles, si vous êtes actif vos projets existeront et ça changera votre vie.

 

Vos comportements (2) ont lieu en fonction de vos capacités ou incapacités. C’est donc à ce niveau du dessus (3) qu’il faudra probablement intervenir.

 

 

3. Les capacités : répond à la question comment?

 

C’est ce que vous savez faire très naturellement, et ce que vous ne savez pas encore faire. Vos aptitudes, vos talents, vos compétences et vos ressources, vos limites, les apprentissages à mettre en place.

 

Par exemple, vous savez faire preuve d’autonomie, de créativité, de pédagogie, vous savez gérer une équipe, comme vous pouvez n’avoir aucun tact, ne pas savoir vous décider, être incapable de parler librement devant plus de 5 personnes.

 

C’est grâce à vos capacités que vous allez vous comporter de la manière la plus adaptée à votre objectif.

 

– Soit vous ne savez pas faire parce que vous n’avez jamais fait : alors à... tout s’apprend, soyez curieux et lancez vous.

 

– Soit vous ne savez pas faire parce que vous pensez que vous n’êtes pas capable : les capacités, c’est essentiellement une question de croyances (niveau 4), donc allez-voir si vous y êtes.

 

 

4. Les croyances : répond à la question pourquoi?

 

Beaucoup de choses se jouent ici et ce n’est pas une mince affaire la plupart du temps!

Une croyance est une idée que vous percevez comme vraie, il n'est donc pas toujours évident de trouver quoi remettre en question.

 

Ici vous trouvez vos opinions à propos de vous, de la vie, ce que vous pensez vrai et faux.

C’est votre champs des possibles.

 

Vous pensez qu’il faut travailler dur pour réussir... que vous n’avez pas de chance... que n’importe qui peut s’en sortir dans la vie s’il se bouge... qu’il faut un don pour chanter... que changer c’est compliqué ou qu’il y a des opportunités partout.

 

Les croyances (4) vont conditionner vos capacités (3), comme nous l’avons vu ci dessus. Elles viennent du niveau d’au dessus, celui des valeurs (5), mais aussi de l’identité (6).

 

 

5. Valeurs : répond à la question pour-quoi?

 

Les valeurs (comme le partage, la santé, la sécurité, la liberté, la famille, etc) sont votre moteur, ce qui vous pousse à vivre et agir dans telle direction. C’est ce qui est important pour vous, par conséquent vous avez besoin, pour vous sentir bien, de répondre aux besoins générés par ces valeurs.

 

C’est un peu le bien et le mal, l’important et l’insignifiant, ce que vous vous autorisez et ce que vous vous interdisez.

 

Vos valeurs (5) représentent qui vous êtes (6).

 

 

6. L’identité : répond à la question qui?

 

Tout ce qui commence par « je suis » vous décrit.

 

Je suis une fonceuse.

Je suis dépressif.

Je suis calme.

Je suis créatif.

Je suis consultant.

Je suis hétérosexuel.

Je suis maman,

Je suis verseau.

 

C’est l’image que vous avez de vous, que vous avez construite à partir de vos expériences. C’est le siège de l’égo, les étiquettes que vous vous collez, certaines vous servent et d’autres non. Les étiquettes que VOUS vous collez, vous pouvez les changer. Vous n’êtes pas obligé de vous définir par ça ni même de vous définir tout court d’ailleurs.

 

Encore moins de vous en servir comme excuse à votre façon d’agir : « Oui alors moi je suis maman donc je sais de quoi je parle, d’ailleurs je suis autodidacte, je me suis faite seule donc ne t’étonne pas si je réagis comme ça ».

 

Souvent on est résistant au changement parce que ça ne correspond pas à qui on croit qu’on est. Sauf que si j’appelle Richard « Marie », Richard ne change pas pour autant. Si pour lui c’est important de s’appeler Richard parce qu'il n'est pas une femme... Richard va se sentir déstabilisé voire attaqué dans son identité d’homme. 

 

 

7. Spirituel / Appartenance

 

On peut parfois s’identifier à un groupe, une catégorie de gens, un courant de pensée, se sentir relié à Dieu ou n’importe quoi d’autre de plus grand que soi. Si c’est le cas, ça peut valoir le coup d’aller interroger ce niveau pour renforcer celui de l’identité.

 

C’est le niveau des questions existentielles, pourquoi suis-je ici, à quoi je sers, quelle est ma place, quelle est ma mission de vie, etc.

 

En résumé

Je ne peux pas faire ça ici : énoncé axé sur l'Identité

       Je ne peux pas faire ça ici : énoncé axé sur la Croyance

     Je ne peux pas faire ça ici : énoncé axé sur la Capacité

                 Je ne peux pas faire ça ici : énoncé axé sur le Comportement

               Je ne peux pas faire ça ici : énoncé axé sur l'Environnement

 

Exemples

 

Guy veut arrêter de fumer

 

Il va utiliser les niveaux logiques pour construire ce changement et imaginer que, c’est bon, il est maintenant non-fumeur.

Qu’est-ce qui change pour Guy à chaque niveau, maintenant qu’il a arrêté de fumer?

 

Environnement : plus de cendrier sur la table, plus d’odeurs de tabac, plus besoin de sortir fumer dehors l’hiver

Comportements : se remet au sport et se sent plus libre, ce qui change son attitude avec son partenaire, ses enfants et ses collègues

Capacités : respire mieux, sait se détendre sans cigarette

Croyances : pense désormais que c’est facile d’arrêter de fumer

Valeurs : prend sa santé plus à coeur qu’avant

Identité : se dit qu’il vaut mieux que ça, qu’il n’est pas un fumeur avec tout ce qu’il y associait qui lui posait problème

Appartenance : se reconnecte à sa vision du bonheur

 

 

Sarah veut apprendre l’espagnol… pour son job mais n’arrive pas à s’y mettre efficacement.

Voyons ce qui peut lui permettre d’avancer un peu :

 

Environnement : prend des cours dans un centre pour adultes (et pas à la maison avec les enfants qui courent partout)

Comportements : ne rougis plus quand c’est à son tour de parler

Capacités : utilise les stratégies d’apprentissage comme les mindmaps et la courbe de l’oubli pour mieux mémoriser

Croyances : constate qu’on peut apprendre une langue facilement à tout âge

Valeurs : peut désormais partager sa vision des choses avec plus de monde

Identité : c’était tout ce qui lui manquait pour que son poste lui corresponde parfaitement, pour le coup Sarah s’identifie vraiment à sa mission

Appartenance : voit grand et est fière de faire partie de son Entreprise

 

Donc en fonction de ce qui se dégage ici, Richard et Sarah peuvent observer ce qui leur correspond aujourd’hui et ce qui est censé leur correspondre plus tard une fois que ça a changé. A partir de là il vont pouvoir choisir un niveau à travailler plus précisément à partir duquel les autres vont se réaligner.

 

Admettons que ce qui bloque Sarah c’est sa croyance selon laquelle après 40 ans on n’apprend plus grand chose :

– donc ça conditionne ses capacités d’apprentissages, on s’arrange toujours inconsciemment pour confirmer sa croyance

– donc Sarah reste en retrait pour ne pas montrer sa faiblesse à d’autres

– donc Sarah travaille à la maison avec ses enfants bruyants pour ne pas se confronter à un cours collectif

 

Pour corriger tout ça Sarah va pouvoir se reconnecter à sa valeur « développement personnel » qui veut qu’on grandisse et apprenne toute sa vie, ça et quelques recadrages vont pouvoir aider à changer cette croyance pour penser qu’après tout il n’y a pas d’âge pour apprendre, alors ça lui permet de s’ouvrir à d’autres manières d’apprendre, donc de mieux apprendre et avoir confiance, donc de pouvoir parler devant d’autres élèves.

 

 

Voilà pour aujourd'hui ! à bientôt pour un nouveau billet

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square